De l’ouverture d’un blog (bis)

Il y a cinq mois, j’ouvrais ce blog avec le billet d’ouverture que vous connaissez sans doute déjà. Si ce n’est pas le cas, lisez le parce que je vais essayer de répondre à quelques questions que je me posais alors.

La première était de savoir si cela était la bonne place. Aujourd’hui, après quelques 8 billets, je peux affirmer avec certitude que oui. En effet, j’ai publié beaucoup de choses centrées autour de moi même. Ca ne pose pas de problème parce que c’est ici mon antre mais sur MacP3 ou sur Editasaga, ça ne l’aurait pas fait. Tout simplement pas. Puis comme il s’agit de mon espace et que je ne le partage que dans les commentaires, si vous ne pouvez pas me sentir, vous n’aurez pas à me filtrer parmi d’autres messages qui vous intéresseraient éventuellement. Là, vous ne viendrez pas et puis ça sera réglé. Au niveau des commentaires, je n’ai pas grand chose à dire pour le moment puisque ce blog n’existait que pour des personnes de confiances jusqu’à aujourd’hui. La véritable expérience à ce niveau viendra dans les mois à venir où l’accès ne sera plus restreint. Jusque là, je pense avoir fait les bons choix.

Maintenant, si je regarde en arrière, qu’est-ce que j’ai bien pu apprendre de plus? J’ai essentiellement eu des confirmations sur ma façon d’écrire. Si je veux faire un article plutôt long et complet, il faut absolument que je le fasse au moment où l’idée me vient. J’ai quasiment depuis le mois de décembre un brouillon et toute la webliographie nécessaire pour rédiger un truc complet et sans doute intéressant sur les licences libres — et plus particulièrement les Creative Commons — et leur intérêt dans la sagasphère. Mais voilà, ça fait donc 5 mois que je me le traîne parce que je n’arrive pas à me satisfaire de mon style et que du coup, je ne dépasse pas le stade de l’introduction. Alors que lorsque j’écris un peu à l’instinct au moment de l’idée, j’arrive au moins à me débarrasser partiellement de ça et à venir au bout de mes idées. Par contre, même si je suis généralement en mode pavé, il semblerait que la lecture soit tout de même aisée. Enfin, c’est ce que j’ai cru comprendre des quelques retours que j’ai eu à ce sujet. Donc hormis le fait de vaincre cette fichue insatisfaction stylistique, il semblerait que je puisse continuer sur ma lancée actuelle.

Et la suite alors? Ben, je ne sais pas trop encore. Je risque probablement d’avoir une période de creux cet été à cause de mon stage mais j’ai quand même deux brouillons en stock et probablement deux ou trois autres idées de billets. Tout dépendra donc du travail que j’arriverai à faire sur MacP3 que je vais refaire passer au premier plan désormais. Enfin, je vais éviter de trop en dire, je sais que je ne tiens pas très souvent mes plannings…

2 réactions dans “De l’ouverture d’un blog (bis)

  1. Juste pour revenir sur l'écriture des articles :
    Donc oui, je te conseil l'"instinct" vu que c'est la seule manière qui a l'air de te convenir, mais après comme je te le disais, il y a cet effet "pavé" pour pas forcément grand chose.

    Arf et voilà j'ai déjà peur d'être mal compris. :p
    Je ne dis pas que le contenu est faible, non. Le contenu est tout à fait correct, mais… disons la "forme" que tu utilises (gros pavé) est adaptée pour une plus grosse dose.
    Pfiou, et voilà je ne suis pas clair…

    Bref, après ton écriture "instinctive", pourquoi ne pas faire une relecture synthétique, où tu supprimerais une phrase par là, en fusionnerais deux ici, etc..
    Le contenu serait identique, mais la forme plus accessible. 🙂

    Le pire c'est que je dis quelque chose mais je fais tout le contraire… Je t'incite à être plus synthétique alors que je viens de poster un long commentaire pour finalement ne pas dire grand chose, qui en plus est évident…

    Alalalala… C'est pitoyable… 😀
    Je comprend mieux tiens finalement après avoir écrit ce commentaire inutile : On écrit long pour être sûr d'être bien compris, comme tu le disais, il est plus dur d'être compris sur internet. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *