De la rentabilité des sagas mp3

Quand on a une pelle, on peut s’en servir pour deux choses. La première, fort utile en cas d’invasion zombie, c’est pour filer des coups avec et si possible dans la tronche. La seconde, fort utile dans tous les autres cas, pour déblayer. Cette semaine, c’est le topic « La rentabilité des sagas mp3 » ouvert par King Kadelfek — créateur de la saga éponyme — qui crée l’agitation sur Netophonix. Et qui a donné à certains l’envie de se servir d’une pelle. Dans ce billet, je vous propose plutôt vous d’en user pour ôter la poussière qui s’accumule depuis plus de deux ans sur ces chroniques pingouinesques.
Mais plutôt que de tenter de creuser dans les dernières directions prises par le topic dont je vous parlais plus haut, je vais tenter de réfléchir sur la rentabilité des sagas mp3 comme j’aurais pu le faire juste après le premier message de King Kadelfek. Il est probable que je fasse référence à plusieurs choses qui ont déjà été dites là bas, il est certain que je vous renvoie à d’autres topics du forum vert mais mon objectif ici est avant tout de vous proposer une réflexion indépendante de toute tension et qui se suffise à elle même autant que possible.

Avant de commencer à réfléchir sur ce sujet apparemment épineux, un petit point s’impose sur ma personne. Aujourd’hui administrateur sur Netophonix, je suis impliqué dans la vie de la communauté de ce forum depuis quasiment son ouverture et c’est par le prisme de ses membres et des créateurs qui y passent que je forme ma vision de la sagasphère. Je ne suis pas non plus créateur et même si je fréquente plusieurs très régulièrement, je reste avant tout auditeur et il est probable que je ne saisisse pas parfaitement tous les enjeux qui s’offrent à eux aujourd’hui. La réflexion que je vais donc vous proposer ne représentera sans doute qu’une certaine partie des idées qui peuvent être envisagées sur le sujet.

Et justement, une chose qui m’avait frappé sur la première page du topic était que personne ne revenait à la définition d’une saga mp3. A la lecture du titre du sujet, une réflexion était immédiatement née dans mon esprit : une saga mp3 est une histoire sonore réalisée par des amateurs et proposée en ligne gratuitement. En cela, j’ai sans doute été influencé par le souhait de Netophonix de se focaliser avant tout sur ces créations gratuites. Mais la définition exacte d’une saga mp3 — que vous pourrez retrouver sur le NetoWiki et qui était issue d’un consensus des membres du forum en 2009 — ne fait pas mention de ce point, à juste titre. Cette gratuité est l’héritage du choix fait par Pen of Chaos pour sa propre saga mp3. Il n’y aucune raison pour qu’un créateur qui décide soudainement de monétiser sa création ne puisse pas se revendiquer de ce mouvement. Après tout, les histoires d’Antoine Rouaud qui avaient été créées pour PRUN’ ou celles de David Uystpruyst que l’on ne peut télécharger et où il nous est offert d’acheter une version CD sont communément admises comme faisant partie de la sagasphère. Se poser alors la question de la rentabilité des sagas mp3 ne me paraît pas anormal.
Alors, les sagas mp3 sont-elles rentables aujourd’hui ? La totalité de celles actuellement connues étant gratuites et diffusées sur des sites dont les revenus publicitaires ne reviennent pas aux créateurs lorsque publicité il y a, je crains que l’on ne puisse répondre par l’affirmative. Concernant les produits dérivés, seul Pen of Chaos semble parvenir à tirer son épingle du jeu et à vivre de son univers. Pour quelques autres, cela ressemble plus à un petit bonus de fin de trimestre. Quant à tous ceux qu’il reste, il s’agit avant tout d’amortir le matériel utilisé pour la création d’un petit quelque chose également amateur et prévu pour petite poignée de fans. Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur la façon dont on peut brasser de l’argent dans l’univers gratuit des sagas mp3, je vous conseille la lecture du billet de mon collègue Johnny, « Le monde (capitaliste) des sagas mp3 ».
Si nous avons maintenant la preuve que l’on peut vivre de l’univers d’une saga mp3, est-ce que l’une de ces créations audio parviendra-t-ell à devenir rentable par elle seule ? Difficile de répondre à cette question sans se prendre pour madame Soleil. Cela dit, si un créateur parvient à obtenir les droits nécessaires sur les musiques utilisées dans son travail, rien ne devrait l’empêcher de pouvoir monétiser sa création. Pour avoir moi-même acheté les CD de David Uystpruyst, je sais qu’il y a déjà un petit public prêt à dépenser quelques sous au sein de la sagasphère pour autre chose qu’une bande dessinée ou un t-shirt. Mes discussions avec les différents auteurs ayant tenté une expérience du genre me font cependant dire qu’il risque tout de même d’être extrêmement difficile d’en vivre. Mais les créateurs intéressés par la chose semblent en être plutôt et paraissent plus intéressés par un élargissement de leur auditorat que par un retour sur investissement financier. Pour l’instant. Et si vous mêmes êtes curieux de leurs réflexions à ce sujet, je vous renverrai sans peine à une petite liste de liens que j’avais regroupés pour King Kadelfek.

Mais tout ceci est limité à une vision purement mercantile d’un univers qui en est encore très éloigné. La sagasphère est avant tout un milieu motivé par les plaisirs simples de la création et de son partage. Créer une saga mp3 reste encore un hobby pour la majorité des créateurs qui ne rencontrent le succès que par un hasard qu’ils n’ont jamais pensé provoquer. Mais le temps, l’argent, le travail et l’inspiration réunis sur ces créations sonores ne pourraient-ils pas être rentables autrement ? C’est là que mon simple statut d’auditeur commence à me faire défaut. Cependant, à force de fréquenter des créateurs, je crois bien pouvoir affirmer sans me tromper que rien de ce qui a été investi par ces faiseurs n’a été perdu. Pour certains, ce fut le déclenchement d’un parcours professionnel. Pour beaucoup, une belle aventure humaine à vivre. Solitaire ou avec leurs comédiens, fans, web-master… Et pour tous ces autodidactes, ce temps perdu est surtout devenu une belle somme de connaissances techniques supplémentaires qui participe à leur enrichissement personnel. Ainsi qu’à l’enrichissement de leur imaginaire, ce qu’ils partagent avec nous autres auditeurs. En fait, il n’y a que l’argent qui n’a pas été regagné. Mais n’est-ce pas là le propre de toute passion d’amateurs ?
Pour ma part, j’ai aussi investi pas mal de temps sur des projets sagasphériques qu’il s’agisse de sites, d’émissions, de déplacement dans des conventions, des concerts, des IRL ou d’autres choses encore… J’y ai parfois perdu mes nuits, j’y ai quelques fois gâché ma bonne humeur, j’y ai souvent perdu mon porte monnaie. Mais j’y ai gagné tellement d’autres choses en contrepartie. Cela ne m’a pas rempli le frigo mais j’y ai appris bien des choses qui me sont encore utiles aujourd’hui. Et j’y ai rencontré des gens formidables qui m’auraient manqué autrement. Alors oui, je pense que pour tout cela la saga mp3 est rentable.
J’avais hésité à poster ces idées sur le topic de King Kadelfek. Je ne l’ai pas fait, constatant que la discussion partait à des années lumières de ces préoccupations. Principalement du fait de l’initiateur du sujet, un peu à causes des réponses lui étant faites. J’ai désespéré de voir quelqu’un éventuellement se rapprocher de cette réflexion. Finalement, Xuè est parvenue à la placer plutôt à propos dans ce message. Sans doute trop tard pour que la discussion s’y attarde à nouveau. Dommage. Mais si jamais vous vous êtes reconnus dans ce que je disais plus haut ou si vous avez envie d’enrichir le passage de votre propre expérience, n’hésitez pas à vous exprimer dans les commentaires.

La saga mp3 est donc plutôt une bonne expérience personnelle. Sauf que le temps étant de l’argent (c’est bien connu), c’est tout autant un sacré gouffre financier. Rien qui ne soit pas évident en fait. Après, si l’objectif est réellement de faire de l’argent alors la réponse ne viendra sans doute pas de la très adolescente sagasphère, peu au fait de ces histoires là. L’expérience d’autres univers plus mûrs — comme le sont ceux de la web-BD ou de la web-série — sera certainement plus utile. Chose dont semble parfaitement conscient King Kadelfek étrangement. S’il cherchait à nous questionner sur le sujet, il a paru sourd à nos réflexions. S’il cherchait à nous convaincre, c’est raté tellement ses explications sont peu claires. La vraie question reste cependant de savoir pourquoi il n’a pas tenté l’expérience lui même dans ce cas. Il ne l’a pas fait et les raisons de ce choix étrange sont sans doute une autre histoire…

3 réactions dans “De la rentabilité des sagas mp3

  1. Déjà, je suis bien content de pouvoir relire un billet sur ce blog qui paraissait laissé pour mort depuis quelques temps…

    Et pendant que j’ouvre un autre éditeur de texte pour ne pas avoir à supporter cette police d’écriture de commentaires, je commencerai par dire que je suis d’accord avec tout ce que tu racontes dans cet « avis » sur le sujet concerné.

    S’il fallait revenir (rapidement) sur l’aspect mercantile des sagas mp3, ce qui parait le plus « choquant » aux yeux des personnes avec qui j’ai pu discuter un peu du sujet, c’est que celles-ci « doivent » être gratuites, comme si cela était une convention quelque part. Les raisons restent pourtant relativement obscures. Dommage. C’est un point qu’il faudra que j’essaie de réaborder avec les personnes concernées. Je n’essaie pas d’apporter des réponses, je me contente d’observer… Comme toi, je ne crée pas. Je ne suis qu’un auditeur de longue date qui essaie de trouver de quoi sustenter ses oreilles.

    D’ordinaire, je n’ai pas besoin de grand chose pour me satisfaire, j’ai beau être un critique de sagas mp3, je peux me satisfaire de peu. Une saga n’a pas besoin pour moi d’avoir une grande qualité sonore pour marcher si l’histoire peut-être prenante par exemple. Malheureusement (ou heureusement ?), d’autres personnes ne l’entendent pas de cette oreille – au sens premier du terme -. Si une saga à elle toute seule ne peut pas être rentable, c’est qu’il y a de bonnes raisons tant sur un plan technique (histoire cohérente, intéressante, qualité sonore…) que sur un plan commercialo-communicationel (ça ne veut rien dire, mais je n’avais pas le mot exact qui me venait en tête). Pour être rentable, une saga mp3 doit être démarchée et doit avoir une vie autour d’elle et ne pas se contenter uniquement d’exister.

    Ce que j’essaie de dire par là, c’est qu’actuellement quoi qu’on veuille, la saga mp3 n’est pas prête pour pouvoir être commercialisée. Certains y arrivent à leur manière (tu as cité David Uystpruyst) mais ce n’est pas une finalité en soi de ce que j’en vois depuis quelques années. La plupart des créateurs que j’ai la chance de fréquenter préfèrent quand à eux rester plus « terre à terre » et se contenter d’élargir leur auditoire et de ne pas se nourrir d’un revenu « physique » mais plus d’une reconnaissance de la part de cet auditoire pour ce qu’ils ont créé. Une histoire créée dans un but purement financier ne se ressentirait pas forcément de la même manière dans ces rapports auditeurs/créateurs auxquels je suis très souvent confronté.

    Si vraiment un point de ton article m’a ému c’est celui-ci :

    « j’ai aussi investi pas mal de temps sur des projets sagasphériques […] Mais j’y ai gagné tellement d’autres choses en contrepartie. Ca ne m’a pas rempli mon frigo mais j’y ai appris bien des choses qui me sont utiles aujourd’hui. Et j’y ai rencontré des gens qui m’auraient manqué autrement. Alors oui, je pense que pour tout cela, la saga mp3 est rentable. »

    Je pense que tu résumes bien la situation, et ce depuis le temps ou je te « connais ». La saga mp3, c’est un « prétexte » : un lien commun entre différentes personnes pour pouvoir discuter, partager et bien d’autres choses. Des personnes qui d’ailleurs, malgré ce lien commun sont très différentes les unes des autres. La saga mp3, c’est avant tout une sorte de connecteur. Je suppose qu’il faut pas mal de temps (peut-être de volonté aussi) pour pouvoir en arriver à ce genre de conclusion, mais c’est réellement ce que c’est pour moi (et apparemment d’une certaine manière pour toi aussi (?)). En tout cas, lire ce paragraphe permet de bien se le rappeler et émeut toujours autant :-).

    Quand à ta conclusion, je pense qu’elle résume bien la situation et fait pas mal redescendre sur terre.

    Je ne crois pas que « Bravo » pour cet article soit une bonne formulation… c’est un avis. Mais en tout cas, un avis bien expliqué et bien complet que je partage tout autant.

  2. Je suis globalement d'accord avec ce que tu dis. Certes une saga MP3 est gratuite, mais si l'auteur a l'occasion de gagner un peu de sous sur "le dos" de son univers pourquoi pas ? Après tu parles d'élargissement d'auditoire mais c'est justement ce qui permet d'avoir cette "rentabilité" ! Si PenOfChaos (pour ne citer que lui) n'avait pas eu tant de succès, je ne pense pas qu'il aurait lancé la BD, les T-Shirt et le Dessin Animé ! Tout ça est une réflexion de l'auteur par rapport au succès de sa saga ! Étant moi-même créateur (je n'ai pas beaucoup de succès mais ce n'est pas le sujet du post 😉 ), si une de mes sagas venait à faire un gros succès (un peu comme DDN qui est connu par énormément de monde, même si ces derniers ne savent pas ce qu'est une Saga MP3), je réfléchirais moi aussi à reconvertir cette passion en une source de revenu à part entière.

    J'espère que mon avis n'est pas trop compliqué a comprendre, il est TARD !

    Hirder

  3. Ça résume bien mon avis aussi (en dehors d'un topic partant en cacahuète).
    Un autre truc que j'aurais voulu dire mais qui m'a paru un peu trop provocateur au milieu des tensions naissantes, c'est : s'il faut chercher à rentabiliser tout ce qu'on fait, je demanderai des cachets de 100€ par concert à mon harmonie locale – normal, vu le temps que j'y passe -, je vais mettre des pubs sur mon site, je vais passer mes vacances à écrire des guides de voyage… et comme le chef d'harmonie va me virer, que mon site ne me plaira plus, et que mes guides de voyage seront refusés par Michelin, au final dans 2 ans, je ne ferai plus rien. C'est bien aussi, les loisirs non rentables (en argent).

    Oh et vive la réouverture de ce blog \o/ Pourvu que ça dure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *